Des parasites fécaux pour partenaires d’affaires


Et si les excréments de chats portaient les gens à se lancer en affaires? On ne parle pas ici de vendre de la litière : il existerait un lien entre la fibre entrepreneuriale et une infection parasitaire d’origine fécale. Vous avez bien lu!

Toxoplasma gondii est un parasite du système digestif des chats. Inutile de fixer les crottes de minou : vous n’y verrez pas grouiller de vers, puisque Toxoplasma gondii est microscopique, plus petit encore que les cellules qui composent votre corps. Cet indésirable est un parasite intracellulaire obligatoire, c’est-à-dire qu’il vit à l’intérieur des cellules de son hôte.

L’objectif de Toxoplasma gondii est simple : infecter un maximum d’individus en expulsant ses œufs à travers les excréments du chat. Ceux-ci souillent l’eau, le sol et la végétation. Il suffit qu’un oiseau ou un mammifère en ingère pour devenir hôte à son tour. Mais attention, le voyage de Toxoplasma gondii ne s’arrête pas là! À l’intérieur de son hôte intermédiaire, le parasite ne peut pas procréer. Il doit à tout prix atteindre les intestins d’un félin pour se reproduire.

C’est là que l’histoire prend une tournure surprenante : le parasite modifie le comportement de son hôte pour augmenter les chances que celui-ci se jette dans la gueule de minou. Une fois avalé, l’indésirable peut compléter son cycle de vie. Bien que les mécanismes derrière le phénomène soient encore débattus, ses effets sont incontestables : les rongeurs infectés n’ont plus aussi peur des chats. Tandis qu’une souris saine prend la fuite à la vue du prédateur, une souris porteuse de Toxoplasma gondii va au contraire être attirée par l’odeur de son urine.

Comme s’ils n’étaient pas déjà assez effrayants, plusieurs parasites ont la capacité d’ainsi manipuler le comportement de leur hôte. Bien que nous ayons peu de chances d’être mangés par nos chats (du moins on l‘espère), l’humain n’y échappe pas! Pas moins du tiers de la population mondiale serait atteint de toxoplasmose.

Dans la vaste majorité des cas, cette condition ne provoque pas de symptômes. Cependant, quelques études soupçonnent des liens entre le fait d’être porteur du parasite et certains comportements à risques. Par exemple, la présence du parasite dans nos corps inhiberait suffisamment notre sentiment de peur pour augmenter le nombre d’accidents de la route! Encore plus spectaculaire, une étude a observé que chez des étudiants universitaires, les sujets infectés avaient XNUMX fois plus de chances de réaliser une majeure en entrepreneuriat. Une tendance similaire a été décelée chez les participants d’évènements entrepreneuriaux : les professionnels porteurs du parasite avaient XNUMX fois plus de chances d’avoir fondé leur propre compagnie. Sans pour autant faire de son hôte un bon gestionnaire, Toxoplasma gondii inciterait à être plus téméraire en affaires.

Bien qu’il ne s’agisse pas nécessairement d’un lien causal, il y a de quoi se remettre en question. D’après vous, l’équipe Cateco a-t-elle de petits parasites pour partenaires d’affaires?

(N.B. En nettoyant la litière, vous vous exposez probablement au parasite. N’oubliez pas de vous laver les mains si vous voulez rester maître de votre destinée!)